Archives du : 27 janvier 2014

27 janvier 2014 – C’est louche

Navigation

Nous sommes en station au dessus du site TAG.
Vents : Force 6
État de la mer : agitée 

Journal

A peine arrivés sur le site TAG, Victor est mis à l’eau, en compagnie de l’ascenceur qui contient entre autres équipements la sonde SALSA. Les premières manipulations sont pour la chimie et la microbiologie (prélèvements de fluides dans les bouteilles titane, et prélèvement de fragment de cheminée).

Le site hydrothermal TAG

Le site hydrothermal TAG

Assez rapidement, un problème se manifeste : Victor louche, et à l’oeil coincé en haut à gauche. Sachant que c’est son « oeil principal » qui permet de filmer ses manipulations, c’est comme s’il était aveugle. La décision est donc prise de le remonter.

Une fois à bord, il s’avère que le problème est bénin : un cable s’est coincé, empêchant les mouvements de la caméra. En quelques minutes, c’est réparé, et Victor est remis à l’eau. C’est aussi l’occasion de s’apercevoir qu’il s’approche parfois un peu trop des fluides chauds !

Un petit coup de chaud

Un petit coup de chaud

Sur le fond, un créneau est bloqué pour établir un scénario de plongée pour la « Nuit des abysses« , qui aura lieu demain. Et ensuite commencent 10h d’exploration, à la recherche de sites inactifs dans les environs. Le site TAG est plus simple que Snake pit : il consiste essentiellement en une grosse montagne active depuis 40000 ans.

A bord , on attend les premiers échantillons, et c’est également la répétition générale de la « Nuit des abysses« . La liaison en visioconférence est établie entre le Pourquoi pas ? l’Ifremer Brest et l’UPMC à Paris. Les réglages son et images sont affinés, tout fonctionne.

Répétition générale de la Nuit des abysses

Répétition générale de la Nuit des abysses

On doit ensuite tester le direct avec Victor. Comme celui-ci a momentanément la caméra hors-service, ce sont des images des caméras de sécurité qui sont envoyées. Là encore, tout fonctionne. Nos seules craintes viennent des coupures de la liaison satellite en raison d’une antenne défaillante.