27 janvier 2014 – C’est louche

Navigation

Nous sommes en station au dessus du site TAG.
Vents : Force 6
État de la mer : agitée 

Journal

A peine arrivés sur le site TAG, Victor est mis à l’eau, en compagnie de l’ascenceur qui contient entre autres équipements la sonde SALSA. Les premières manipulations sont pour la chimie et la microbiologie (prélèvements de fluides dans les bouteilles titane, et prélèvement de fragment de cheminée).

Le site hydrothermal TAG

Le site hydrothermal TAG

Assez rapidement, un problème se manifeste : Victor louche, et à l’oeil coincé en haut à gauche. Sachant que c’est son « oeil principal » qui permet de filmer ses manipulations, c’est comme s’il était aveugle. La décision est donc prise de le remonter.

Une fois à bord, il s’avère que le problème est bénin : un cable s’est coincé, empêchant les mouvements de la caméra. En quelques minutes, c’est réparé, et Victor est remis à l’eau. C’est aussi l’occasion de s’apercevoir qu’il s’approche parfois un peu trop des fluides chauds !

Un petit coup de chaud

Un petit coup de chaud

Sur le fond, un créneau est bloqué pour établir un scénario de plongée pour la « Nuit des abysses« , qui aura lieu demain. Et ensuite commencent 10h d’exploration, à la recherche de sites inactifs dans les environs. Le site TAG est plus simple que Snake pit : il consiste essentiellement en une grosse montagne active depuis 40000 ans.

A bord , on attend les premiers échantillons, et c’est également la répétition générale de la « Nuit des abysses« . La liaison en visioconférence est établie entre le Pourquoi pas ? l’Ifremer Brest et l’UPMC à Paris. Les réglages son et images sont affinés, tout fonctionne.

Répétition générale de la Nuit des abysses

Répétition générale de la Nuit des abysses

On doit ensuite tester le direct avec Victor. Comme celui-ci a momentanément la caméra hors-service, ce sont des images des caméras de sécurité qui sont envoyées. Là encore, tout fonctionne. Nos seules craintes viennent des coupures de la liaison satellite en raison d’une antenne défaillante.

5 commentaires au sujet de “27 janvier 2014 – C’est louche

  1. Segonzac

    Aïci sièm plan. Al mens plau pas. Per la nuèit de las Abissas, vau demanda a las drollas que s’en sount encargadas.
    Ici on est bien. Au moins il ne pleut pas. Pour la nuit des Abysses, je vais demander aux filles que s’en occupent.
    A lè-lèu, fantous,
    Michel

  2. Segonzac

    Snake Pit = montanha de las serps.
    TAG = Trans Atlantic Geotraverse (y podi pas rès !).
    Es negre perqué s’es cramat. Es qu’es caut, aquela aïgo al font (360°C).
    >Las èi tastadas, oc bé! Era bounas mes pas tant que las que manjan a l’oustal (can n’i a)
    C’est noir parce qu’il s’est brûlé. Cette eau est chaude, au fond (360°C).

  3. Segonzac

    Aquo vo sabi pas plan, qu’es pas la mèu especialitat. Sou la drollas que estudion como fau per viure dins aquel aïgo pas plan bona.
    ça je ne sais pas trop, ce n’est pas ma spécialité. Ce sont le filles qui étudient comment elles font pour vivre dans cette eau pas très bonne.
    Sus l’esquia de las juves, es coma lo fetje (hitge?). Sus las grandetas sou las glandas de reproduciu.

    1. JLACROIX

      Merci de nous faire vivre vos aventures passionnantes.

      Nous avions assisté à une conférence présentant vos travaux lors de l’édition 2013 de la fête de la science, organisée par l’UPMC.

      Les élèves du CM1/2B et leur enseignant de l’école Pierre GIRARD – 75019 PARIS

La discussion est close.