Archives du : 28 janvier 2014

28 janvier 2014 – Le jour des abysses

Navigation

Nous sommes en station au-dessus du site TAG.
Vents : Force 6
État de la mer : agitée 

Journal

VICTOR a passé la nuit sous l’eau sans encombre, et son problème de strabisme n’est plus qu’un souvenir. La plongée d’exploration a pu reprendre et l’ascenseur continue ses aller/retours avec la surface.

Erwan et Quentin récupèrent l'ascenceur

Erwan et Quentin récupèrent l’ascenceur

A bord, pour certains c’est la routine maintenant bien établie : récupération d’échantillons, sélection et manipulations. Pour les autres, à partir de midi, la préparation de la « Nuit des abysses » qui doit se dérouler le soir même bat son plein. Tests de visioconférence avec Brest et Paris, tests de transmission de vidéo… Tout fonctionne, sauf que, comme la veille, la connection avec le satellite est souvent interrompue.

Soudain, en milieu d’après-midi, la nouvelle tombe : VICTOR a perdu l’usage de son bras droit. On pense d’abord à un problème logiciel. On met le ROV hors-tension et on le reboot. Mais rien n’y fait. Après discussion avec l’équipe VICTOR, la décision est prise de le remonter. Il ne retransmettra pas en direct pour la Nuit des abysses.

A 17h, heure bateau, tout le monde est en rangs d’oignons devant la caméra de visioconférence pour la grande soirée. Après une présentation à Paris et Brest, un premier contact est établi avec le bateau, le temps pour chacun de se présenter. On explique la défaillance de VICTOR, et que les images diffusées seront celles d’une vidéo de secours tournée quelques jours plus tôt sur le site Snake pit. S’en suivent 20 minutes d’images féériques diffusées dans les amphis de l’UPMC et de l’Ifremer Brest, mais également sur Internet. Puis c’est le retour au direct bateau pour 40 minutes de questions/réponses. Le temps pour les scientifiques de passer devant la caméra pour adresser un coucou à leurs proches est venu, et c’est la fin de la transmission.

Malgré une antenne défaillante, les 2h se sont passées sans aucun décrochage satellite, grâce à la mobilisation de nos équipes techniques à bord et à Brest

Pendant ce temps, VICTOR est remonté sur le pont, et son équipe est aux petits soins. Il pourra repartir dans la nuit.