Vicky, Quentin et Sylvain sont dans un bateau

La mer est plus calme ce matin, ça y est, je suis autorisé à monter dans le zodiac pour la récupération de l’ascenseur (merci à François, 2nd capitaine). Je serai donc avec Vicky, Lieutenant, et Quentin, Officier polyvalent. Je pensais descendre tout tranquillement à la grue, dans le pneumatique, mais pour des raisons de sécurité, c’est limité à 2 personnes lors de la descente. Je dois donc utiliser l’échelle de corde. Gloups.

La redoutable échelle de corde

La redoutable échelle de corde

Après avoir enjambé la rambarde, me voici dos à la mer, face à la paroi du Pourquoi pas ? à quelques mètres au-dessus des flots. Quelques longues secondes plus tard, je suis prêt à « faire le grand saut » : il faut simplement attendre que le zodiac, qui bouge au rythme des vagues, soit à la bonne hauteur. Hop j’y vais, Vicky me donne un coup de main à la réception, et c’est parti. Au bout de 10 secondes, une vague m’arrose copieusement : merci Kamil pour le prêt de l’appareil photo étanche.

Splash !

Splash !

La première étape consiste à récupérer le bout qui servira à tirer l’ascenseur auprès du bateau, bout que l’équipage nous envoie. A présent, il faut repérer l’ascenseur : ce qui paraît facile depuis le Pourquoi pas ? bien au dessus des flots, paraît beaucoup moins évident au niveau des vagues qui bien souvent cachent l’horizon. L’équipage nous pointe une direction, nous repérons le petit drapeau jaune, et hop c’est parti. Le bout se déroule lentement, nous nous approchons de notre cible. Vicky se penche à l’avant du zodiac et en quelques instants, l’ascenseur est crocheté et peut être tiré par l’un des treuils de la plage arrière.

Vicky crochète l'ascenseur

Vicky crochète l’ascenseur

Quentin nous « promène » ensuite pour prendre quelques clichés du Pourquoi pas ?. Vu des flots, il paraît vraiment énorme. C’est également l’occasion de faire une petite photo souvenir : ce n’est pas tous les jours qu’on se retrouve en zodiac au milieu de l’Atlantique. Puis vient l’avant dernière étape, à savoir crocheter le cable de la grue à l’ascenseur, pour sa remontée sur le pont. Là encore, en quelques instants Vicky règle l’affaire, et l’ascenseur prend les airs.

Vicky, Sylvain et Quentin, posent pour une photo souvenir

Vicky, Sylvain et Quentin, posent pour une photo souvenir

Puis c’est le retour à l’échelle de corde. Alors que je saisis l’échelle, un creux se présente, le zodiac se dérobe et l’espace d’un instant, j’ai les pieds dans l’air. Heureusement, la première marche n’est pas difficile à trouver, et ma laborieuse remontée commence. Merci à Adrien, matelot, pour le coup de main. Vicky et Quentin eux remonteront avec la grue, dans le zodiac.

Bilan : même si j’ai peu goûté l’échelle de cordes, ça valait le coup, ne serait-ce que pour voir le Pourquoi pas ? dans son élément.