Philippe Rodier

Philippe Rodier

Ingénieur instrumentation
Français de Brest (né à La Rochelle)
51 ans

Rôle/mission(s) à bord

Je vais m’occuper de la mise en œuvre de l’instrumentation scientifique associée au VICTOR 6000 ainsi que de quelques mouillages que nous avons prévus.

Parcours personnel

Je suis rentré à l’IFREMER à Boulogne-sur-Mer (au bassin d’essais) en tant que technicien « Mesures Physiques » en 1991.

Auparavant j’ai travaillé 5 ans dans une PME de Rennes comme informaticien pour l’automatisation d’usines agro-alimentaires, après mon DUT « mesures Physiques » à Lannion.

Depuis 1996 je m’occupe d’instrumentation au laboratoire Environnement Profond de Brest.

Entretemps j’ai obtenu un DESS (Master) « Physique des Capteurs et Instrumentation » à l’UBO (Brest).

Qu’est ce qui vous a amené à faire le métier que vous faites aujourd’hui ?

Un peu par hasard, un peu par passion. En effet j’ai toujours eu une sensibilité plutôt « technologie », ce qui a orienté mes études. Mais il se trouve que j’avais fait un court séjour de 3 ans à Brest, dans un quartier proche du centre Ifremer. J’étais alors au collège et Ifremer s’appelait CNEXO (bin oui : il y a 37 ans). Je me souviens très bien avoir eu envie de travailler là, plus tard ! Voilà qui est fait…

Avez-vous déjà participé à d’autres campagnes ?

Quelques campagnes sur des chalutiers industriels à Boulogne-sur-Mer, puis deux campagnes par ans en moyenne depuis que je suis à Brest avec mes collègues du LEP. Le plus souvent sur des navires Ifremer (Nadir, Atalante, Pourquoi pas ?…) équipés du Nautile ou du Victor 6000.

Qu’amènerez-vous de personnel à bord ?

Il faut penser à décompresser lors des temps libres ; sinon on devient idiot ! D’habitude j’emmène un paquet de bouquins mais depuis quelques campagnes, ils reviennent non lus pour la plupart… Alors ce sera une tablette pour la vidéo et la musique.